IKEJIME effet de mode?

C’est vrai que c’est la mode en ce moment. Tous les mareyeurs en proposent, même les centrales d’achats de grandes distributions. Tous les poissonniers en vendent, trad, GMS.

Mais en fin de compte pourquoi? Pourquoi banaliser cette technique?

On trouve des offres de poissons abattus par la méthode IKEJIME à toutes les sauces de toutes les tailles et de toutes les sortes.

Attention je ne suis pas là pour fustiger cette pratique, mais je pense au plus profond de moi qu’on banalise cet art. Que tous pêcheurs qui veut peut le faire, que n’importe quel poissonnier en achetant un kit « IKEJIME  » se sent capable d’ikejimer à tout bout de champs et à le droit de le faire et sans aucun contrôle, aucune règle! 🤨

Oui, la filière banalise cet acte ancestral, ce process qui nous vient du Japon n’était réalisé qu’après des années d’études et de pratiques.

Malgré tout, en france, comme en notre habitude on banalise l’acte, on banalise le produit… mieux on le rend presque discount.

Allez je vais pas me faire des copains encore mais allons jusqu’au bout de l’analyse.

Je disais on trouve de tout, même de la vieille ce poisson qu’on appelle roucao à Marseille 🤣.

Des merlans brillants qui font à peine 400grs, des Chinchards … je dénigre pas ces poissons mais bon à quoi bon?

Oui pour les destiner à quelques restaurants sushis haut de gamme, là je suis d’accord, mais c’est vraiment confidentiel comme vente.

Donc pourquoi des poissons aussi petits? Pourquoi ne pas utiliser cette noble méthode pour justement sublimer des belles pièces afin de copier nos amis bouchers, comme la MATURATION du poisson??? N’est-ce pas un projet ambitieux chers collègues ?

Des thons rouges ( comme Sebastien RIALLAND et Damien MULLER les font si bien), des Sérioles, des maigres, des espadons, des bars ( mais des pièces acceptables de plus de 3 kg pourquoi pas  comme nous partage si souvent le bateau le GOELO de Sandrine Thomas ) des gros lieux jaunes, gros merlus … enfin de belles pièces.

Pourquoi ne pas mettre en place une charte de bonne conduite, un permis à IKEJIME, un label dans la complexité que le LABEL ROUGE à en place. Avec un cahier des charges digne de ce nom, avec des poissons de tailles supérieurs pour les valoriser, une véritable traçabilité avec la zone de pêche, méthode ( oui ça on l’a déjà …) le nom du bateau, de l’ikejimeur, date de la pêche/abattage et après retrouver ce poisson suspendu dans une « chambre de maturation » dans une poissonnerie ou un restaurant avec le ticket traçabilité du bateau comme on le voit pour la viande mâturée.

s

Au lieu de cela on pratique l’abattage rituel en poissonnerie devant le consommateur de quoi horrifié les âmes sensibles, et faire hurler les végans 🤣🤣

Et dois-je parler des usurpateurs, des pêcheurs et des mareyeurs filous qui maquille n’importe quel poiscaille en poisson IKEJIME pourvu qu’il ai un trou dans la tête ??? Pour faire de fric et du fric… il est temps quand même de réagir non?

Notre société banalise tout même notre métier !!!

Protégeons notre filière, luttons ensemble pour une véritable normalisation de cette pratique. Sinon plus rien ne veut rien dire.

Je suis peut-être un grand rêveur comme le disant ma maman, mais bon on se refait pas!

Mais toujours présent pour les questions qui dérange pourvu qu’on évolue ensemble.

Le Marée Futée ravi de vous ouvrir les yeux

Affaire à suivre…

#poissonniermaillondubrutalacuisson #iberikmaree #poissonnierouvrelesyeux

Crédit photos: https://www.chasse-maree.com/ikejime-le-poisson-a-la-japonaise/ https://www.jcmackintosh.es/fr/blog/provenance/la-methode-ikejime et sans oublier photo personnel de Sebastien RIALLAND pêcheur Corses et fière de l’être et une belle image de Sandrine à bord de son bateau « Le GOELO ». Merci à eux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.